S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

WANTED ! Lérot, le Zorro des campagnes !

Par Cadev • Dossiers • Dimanche 07/07/2019 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :


WANTED ! Lérot, le Zorro des campagnes !
(enquête participative sur le lérot en Brabant wallon)


Auteur : Didier Samyn
Photo d’enquête : Jctramasure - Flickr

Qui connait le lérot Elyomis quercinus), ce sympathique bandit au masque noir ? Le lérot aussi appelé « sot dormant » (Jodoigne), ou « rat baîllard » (Entre Sambre et Meuse) est un rongeur de la famille des gliridés. Il a de grandes oreilles et une longue queue comme les muridés (rats, mulots, souris), mais à l’inverse de ces derniers, sa queue se termine par un joli pinceau bicolore de longs poils, son dos est brun marron tirant parfois sur le roux, ses joues, sa gorge et son ventre sont gris pâle. Son bout de nez est rose, mais ce que nous retiendrons surtout quand nous l’aurons vu, c’est son bandeau noir en travers des yeux, qui entoure quasiment ses oreilles bien développées. Ce qui fait aussi sa très grande différence, c’est son écologie typique de dormeur comme ses cousins les loir et muscardin, qui dorment tout l’hiver (hibernation), en ne se réveillant que rarement entre octobre et avril : rien que ça !

Un bon petit diable

Mais alors, à la belle saison : quel petit diable ! Il est crépusculaire et nocturne, qu’on puisse parfois le rencontrer en plein jour en été. Discret ? Pas vraiment tant il crie et invective ses congénères au cours de folles sarabandes. Et puis, il vagabonde dans les vergers, les haies, arbres têtards, lisières, bois et vieux bâtiments. C’est un petit chapardeur de fruits et grand amateur de noix, mais jamais en créant de réels dégâts car c’est surtout un parfait omnivore qui s’attaque aux chrysalides et chenilles de papillons, criquets et autres insectes, aux mollusques (escargots !), aux petits rongeurs qu’il poursuit pour les dévorer. Il peut aussi dénicher les oisillons et s’approprier un nid, quoiqu’il construise lui-même son nid souvent dans une anfractuosité, un trou d’arbre ou un nichoir. C’est là que la femelle mettra bas 4 à 6 petits une seule fois par an sous nos contrées ; autant reconnaître qu’il n’est pas prolifique. En hiver, c’est dans un endroit bien protégé du gel qu’il s’endormira, soit dans un nichoir, un fenil, un faux-plafond, un grenier, une cabane de jardin, … Autre particularité : c’est un as de la varappe ! Le lérot est capable de grimper à la verticale sur un mur ou parcourir le long d’une poutre sous un plafond, et de faire des poursuites à travers les arbres avec une extrême agilité.


Photo Lérot – Les petits débrouillards - Flickr

Wanted

WANTED ? Mais oui, nous le recherchons activement, et non, sa tête n’est sûrement pas mise à prix, bien au contraire ! Le lérot est un mammifère repris sur la liste rouge des espèces quasi-menacées, protégées en Flandre et à Bruxelles, et en voie de l’être également en Wallonie. Il est rare et très localisé en Brabant wallon, et nous n’avons que fort peu d’informations récentes de sa présence avérée. Il est à rechercher dans les vieilles banlieues arborées, aux abords des villages, surtout là où subsistent d’anciennes fermes avec des arbres fruitiers haute tige de bel âge, des vieux murs de pierres, et ruines, des arbres couverts de lierre, … Certes, il passe peut-être inaperçu, mais il doit aussi avoir disparu pour différentes raisons :

- arrachages des vergers, saules têtards, haies,
- coupes à blanc trop sévères, notamment en lisières et manque de maintient d’une grande variété d’essences, notamment arbustives et d’arbres de différentes classes d’âges,
- banalisation des plantations, souvent exotiques et manque d’essences fruitières dans les jardins et perte de biodiversité en général,
- démolition, ou restaurations d’anciens bâtiments, et isolation tout à fait hermétique des moindres espaces,
- fragmentation des paysages en général, et des habitats du lérot en particulier,
- usage des pesticides, anti-limaces, rodenticides, et autres contaminants,
- prolifération des chats domestiques en tant que prédateurs envahissants surajoutés aux prédateurs naturels (rapaces, mustélidés),
- manque d’accessibilité de la nourriture, notamment par l’abandon du stockage des fruits en saisons froides (le lérot se réveille parfois en période d’hibernation), …

De plus, comme le taux de reproduction des gliridés est généralement faible, les populations de lérots ne se renouvellent pas à suffisance dans un contexte trop défavorable, et cela d’autant plus que si le paysage est très fragmenté, l’isolement provoque la consanguinité dans les groupes.

Si donc vous l’avez déjà rencontré un jour ou l’autre, même par le passé, n’hésitez pas à contacter Didier Samyn, le coordinateur de l’enquête pour un signalement (voir adresse plus bas). Natagora Brabant wallon, avec l’aide du CADEV et d’autres associations, mène une enquête de détections par témoignages directs, par analyse de pelotes de réjection des rapaces nocturnes (nb : après la digestion de leurs proies constituées de rongeurs, les chouettes et hiboux rejettent des pelotes de poils et os amalgamés), par pose de nichoirs spéciaux et autres moyens respectueux.

A partir de témoignages de présences avérées, il est prévu de mener une campagne de sensibilisation du voisinage, d’actions en pose de nichoirs et si possible d’aménagements favorables à notre ami le lérot, en vue de consolider la population présente.
A plus long terme, il serait question de voir comment différentes populations de lérot en Brabant wallon peuvent être reliées par des couloirs écologiques. Natagora Brabant wallon mène déjà de telles campagnes, notamment avec la participation de communes brabançonnes s’agissant de l’aide apportée aux chouettes, aux chauves-souris et à la petite faune en général. Bien sûr, ces campagnes profitent à d’autres espèces fragilisées comme la chouette chevêche, le moineau friquet, le rouge-queue à front blanc, certains coléoptères, des lichens, …
Zorro le lérot a aussi besoin de vous ; n’hésitez pas à nous contacter pour nous communiquer vos témoignages, et pour plus d’informations.

Renseignements : contacter par courriel, à l’adresse : samyndidier@hotmail.com
Avec la participation du CADEV



Photo Lérot – Benjamin Chaumont

Articles portant sur des thèmes similaires :