S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Vers un statut de protection pour les anciennes sablières

Par Cadev • Dossiers • Mercredi 02/10/2013 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

En janvier de cette année, la Région wallonne a lancé une enquête relative aux zones Natura 2000. Comme expliqué dans notre dernier bulletin, l’entité de Villers-la-Ville en compte actuellement trois regroupées sous l’appellation « Vallée de la Thyle ». Il s’agit en gros des bois situés autour de l’abbaye (bois de l’Etoile, bois de Bérinnes,…), de la plaine du Moulin d’Hollers (entre Villers et Sart) et de la réserve de Gentissart (l’ancienne sablière de Cockerill-Sambre devenue propriété de la Province).

Le Cadev a profité de l’enquête pour demander l’extension du statut Natura 2000 à l’ensemble des anciennes sablières déjà actuellement reconnues zones de grand intérêt biologique, à savoir la sablière de Strichon, de Marbais, de l’Epine Nord, de l’Epine Sud et de Rigenée Sud, soit un total d’environ 51 hectares.

Le classement de ce chapelet de sites de même nature permettrait la création d’habitats-relais par un couloir écologique migratoire pour les espèces répertoriées et répondrait à une cohérence géographique. Ces cinq sablières présentent des analogies avec la réserve de Gentissart, déjà classée, tant au niveau de la nature des sols que de la faune et de la flore qui peuvent y être observées. 

Deux anciennes sablières sont particulièrement menacées en ce moment: Rigenée Sud que le propriétaire de la société BHL Agriculture voudrait remblayer pour la rendre à nouveau cultivable et Strichon pour laquelle le propriétaire a un projet de lotissement de plusieurs centaines de logements.

Le 25 octobre 2012, M. Bauwens, Directeur du Département de la Nature et des Forêts, écrivait dans un courrier adressé à l’administration communale de Villers-la-Ville à propos de la sablière de Rigenée Sud : « Les sablières du Brabant wallon sont souvent, en dehors des massifs boisés, les seuls oasis de nature qui subsistent et toutes sont menacées à des degrés divers. Elles accueillent des biotopes très menacés, notamment les milieux ouverts sur sable acide (pelouses à Corynéphore, landes sèches à callune, qui sont des habitats Natura 2000, en situation catastrophique dans la région) ».

Notre démarche prendra du temps. Il faudra que la Région wallonne confirme son intérêt et propose ces sites en classement Nature 2000 avec le prochain lot de propositions d’extensions des zones déjà reconnues Natura 2000. Cela pourrait prendre 2 à 3 ans ; c’est long mais au moins en attendant, nos sablières sont déjà inscrites sur la liste d’attente.

Articles portant sur des thèmes similaires :