S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Agenda


Une digue sur le ruisseau du Gentissart

Par Cadev • Dossiers • Vendredi 15/09/2017 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Depuis quelques années, l’Intercommunale du Brabant wallon (IBW) a fait de la lutte contre les inondations l’une de ses priorités.

On se souvient encore des eaux qui avaient envahi en 2008 le centre de Villers-la-Ville, entre autres au niveau de la rue Arsène Tournay, de la place du Ramipont et de la rue Fontaine des Fièvres. Depuis, un bassin d’orage a été construit avenue Pont des Prêcheurs, en contrebas du Bois Cochet, et on n’a heureusement plus connu pareil désagrément.

Pour compléter l’arsenal préventif, l’IBW a ressorti de ses cartons un projet de construction d’une digue plus en amont, à proximité de la ferme de Gentissart à Marbais. Dans le petit bois en contrebas de la ferme et près du talus du chemin de fer, une digue de 70 mètres de long et de 5 mètres de hauteur pourra retenir jusqu’à 27.000 m3 d’eau en cas de grosses précipitations.

Cette zone d’immersion temporaire, selon l’appellation officielle de l’IBW, sera faite de sable compacté côté aval et d’argile côté amont. Une couche de terre recouvrira l’ensemble et des plantations assureront la consolidation de la berge.

Le ruisseau légèrement dévié arrivera perpendiculairement à la digue. L’eau s‘écoulera à travers le talus par un tuyau de 50 cm de diamètre qui en cas d’orage exceptionnel fera office de goulet et réduira le débit.

La Région assure que l’immersion du vallon sera favorable au développement de la biodiversité car « le stockage de l’eau participera au fonctionnement des écosystèmes aquatiques et terrestres ». Les travaux devraient débuter au plus tard début 2018.

Articles portant sur des thèmes similaires :