S'identifier - S'inscrire - Contact

Dans la presse

Voyez ici les articles traités dans la presse à propos des dossiers qui vous intéressent

Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Sus à la balsamine et la berce du Caucase (Vers l'Avenir)

Par Cadev • Dans la presse • Mercredi 08/05/2013 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Les jours de la balsamine de l’Himalaya et de la berce du Caucase sont comptés. Le Contrat de rivière Dyle-Gette est entré activement en guerre contre ces deux plantes invasives en 2010. L’objectif : ni plus ni moins que leur éradication. Comme il faut compter trois années de lutte avant d’en percevoir les effets, l’heure est au bilan.

Des actions se sont déroulées sur l’ensemble des cours d’eau du bassin. Ce sont près de 100 kilomètres de cours d’eau qui ont été parcourus. Mais les efforts se sont concentrés sur la Lasne et ses affluents (la Mazerine, l’Argentine, le Smohain…) qui coulent à La Hulpe, Lasne, Rixensart et Waterloo. Non que les plantes y aient été plus invasives mais l’inventaire des zones touchées, débuté en 2008, était terminé pour ce sous-bassin hydrographique il y a trois ans.

Conclusion des actions menées par des entreprises spécialisées mais aussi des acteurs locaux comme les Communes et autres associations : «Le bilan est positif sur la masse d’eau de la Lasne. À partir de la deuxième année, l’effort était déjà moindre. Mais on ne peut jamais dire que les plantes invasives ont complètement disparu, souligne Jean-Marie Tricot, le coordinateur du Contrat de rivière Dyle-Gette. Nous tentons de partir de la source de la contamination qui peut se trouver dans un jardin à 300 mètres du cours d’eau. C’est pourquoi nous sensibilisons les riverains à ne plus planter ces végétaux et à nous ouvrir l’accès à leur propriété pour enlever les balsamines de l’Himalaya et les berces du Caucase.»

Au tour de la Thyle

Ailleurs, le Contrat de rivière constate que les actions ont permis d’éradiquer la balsamine de l’Himalaya des berges du Mille à Beauvechain et de la Pécherée à Villers-la-Ville. Lire la suite

Articles portant sur des thèmes similaires :