S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Permis accordé à 5N PLUS !

Par Cadev • Dossiers • Jeudi 18/01/2018 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Le permis unique d’exploitation industrielle et d’environnement a été renouvelé sous conditions à l’entreprise chimique 5N PLUS, anciennement SIDECH, pour une période de 20 ans (découvrez ici la version intégrale).

L’enquête publique préalable comportait un dossier imposant de 5 classeurs détaillant la situation actuelle, l’extension de l’établissement, les risques et les avantages des modifications demandées, à savoir :

-          un nouveau procédé pour la production de nitrate de plomb. Ce procédé permet de diminuer de 40% le rejet de nitrates dans le ruisseau du Gentilsart,

-          la mise en œuvre d’une étape de traitement biologique dans la station d’épuration privée de 5N PLUS amenant également une diminution de rejets de nitrates dans les eaux du Gentilsart,

-          l’implantation de panneaux solaires sur le toit et sur le sol afin d’améliorer l’efficacité énergétique d’environ 10%,

-          un nouveau réservoir de gaz d’argon,

-          le remplacement de la chaudière au mazout par une chaudière au gaz naturel liquéfié,

-          le recyclage de nouveaux déchets afin de récupérer notamment le sélénium.

Des études d’incidence sur l‘environnement ont été effectuées pour chaque modification demandée. L’enquête publique a été ouverte du 15 mai au 15 juin 2017. Au total 42 objections et observations furent déposées concernant notamment les rejets. Tous les acteurs des Services Publics concernés ont donné leurs avis : le Fonctionnaire délégué, le Fonctionnaire technique, le Conseil Wallon de l’Environnement pour le Développement Durable (CWEDD), l’Agence Wallonne de l’Air et du Climat, 7 services attachés à la DG03, 2 services de la DG04 dont la Direction Energies et Bâtiments Durables, ainsi qu’Infrabel et la Zone de Secours du Brabant Wallon. Toutefois la décision finale est revenue au Collège Communal de Villers-la-Ville.

Pour sa part, le CADEV avait émis de fortes réserves concernant la demande d’utiliser un réservoir de 90 m3 de gaz naturel liquéfié. Finalement, son permis a été refusé et la société continuera d’utiliser sa chaudière au mazout.

Un autre point refusé, mais ne figurant pas explicitement dans la demande, est la poursuite de l’utilisation du puits malheureusement pollué qui leur fournit 50% des besoins journaliers. A l’avenir 5N PLUS devra utiliser davantage d’eau de ville ou envisager le forage d’un nouveau puits.

Toutes ces modifications demanderont du temps et des investissements conséquents en études, tests et réalisations. Le nouveau procédé de cristallisation thermique de nitrate de plomb coûtera à lui seul 650.000 €, l’ajout du traitement biologique à la station d’épuration implique une batterie de tests, certaines normes « particulières » devront être respectées d’ici le 1 janvier 2021, notamment en matière de rejets de nitrites et de nitrates dans le Gentilsart. Au niveau sécurité, plusieurs actions d’amélioration ont été prises par 5N PLUS avec la participation des services de secours dont les pompiers et les services de crise provincial et communal.

Considérant les risques inhérents à toute entreprise chimique et la multitude de conditions et de règlements, on espère que les budgets ont bien été quantifiés tant au niveau de l’administration que de l’entreprise pour effectuer les différentes mesures et analyses.

A condition que la surveillance et le respect des dispositions soient irréprochables, on ne peut que se réjouir qu’une entreprise industrielle poursuive son exploitation sur le territoire de Villers-la-Ville. Chacun est bien conscient des difficultés de l’industrie et des risques de délocalisation, comme chez Caterpillar à Gosselies ou 3M à Nivelles. 

Articles portant sur des thèmes similaires :