S'identifier - S'inscrire - Contact

Dans la presse

Voyez ici les articles traités dans la presse à propos des dossiers qui vous intéressent

Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Agenda


Le radon encore et toujours présent (LLB 3/10/17)

Par Cadev • Dans la presse • Mardi 03/10/2017 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Des communes comme Genappe et Villers-la-Ville sont particulièrement exposées.

Le radon, c’est ce gaz radioactif naturellement présent dans les sols et les roches et qui est inodore, incolore et insipide… mais qui peut causer d’importants troubles. "Une fois qu’il arrive dans les poumons, il y reste à vie , note Laurie Vanbiervliet, agent du SAMI (le Service d’analyse des milieux intérieurs). D’ailleurs, il est la deuxième cause de cancer du poumon après la cigarette !"
Comme l’année dernière, la Province du Brabant wallon lance donc une vaste campagne de sensibilisation qui vise à informer la population sur les risques liés au radon.
Une carte qui "évolue sans cesse"
Il faut dire que la Jeune Province est particulièrement touchée par cette problématique et certaines communes sont plus exposées que d’autres. "Comme on peut le constater, les mesures relevées du côté de Genappe, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Mont-Saint-Guibert, Court-Saint-Etienne et Villers-la-Ville sont plus importantes. Néanmoins, ce n’est pas pour autant que les communes qui se situent dans le vert n’auront pas de problème. Cela dépend du nombre de contrôles qui sont effectués. C’est une carte qui évolue sans cesse", continue Laurie Vanbiervliet.
En Brabant wallon, la campagne semble bien se passer puisque de plus en plus de personnes font appel aux services du Sami. "L’année dernière, nous avons eu environ 1 000 demandes de contrôle alors qu’en moyenne, par le passé, on tournait autour des 100-200. Sur ces 1 000 demandes, 2 % d’entre elles ont été suivies d’une visite sur place car le nombre de becquerels dépassait les 600."

Lire la suite

Articles portant sur des thèmes similaires :