S'identifier - S'inscrire - Contact

Dans la presse

Voyez ici les articles traités dans la presse à propos des dossiers qui vous intéressent

Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Agenda


Le bio est en plein boom (Le Soir 16/4)

Par Cadev • Dans la presse • Samedi 16/04/2011 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

De plus en plus d’agriculteurs se convertissent au bio, en Wallonie. Mais la demande reste toujours supérieure à l’offre. Par Michel de Muelenaere

La tendance n’est pas neuve, elle ne fait que s’accentuer. Pour la cinquième année consécutive, les indicateurs de l’agriculture biologique en Wallonie sont à la hausse. Plus 80 % d’agriculteurs en cinq ans et des superficies plus que doublées (+ 110 %) sur la même période. En 2010, il y avait 884 exploitations, totalisant 44.878 hectares. La Flandre fait beaucoup moins bien : 3.659 ha en 2009.

Certes, cela ne représente encore que 6 % de la superficie agricole totale au sud du pays. Et la toute grande majorité des produits bio achetés en Wallonie et à Bruxelles sont toujours importés (80 %). Il n’en reste pas moins que, palier par palier, le bio local est sorti de la marginalité pour devenir une filière à part entière. « On arrive à un seuil intéressant, explique le ministre wallon de l’Agriculture, Benoît Lutgen (CDH). Au-delà des campagnes de promotion et du changement de comportement des consommateurs, il y a, au sein du monde agricole, un effet de contagion. Le bio, ce n’est plus seulement une activité avec laquelle on vit vaille que vaille. C’est désormais aussi synonyme de réussite pour beaucoup. On peut en vivre durablement, pour autant qu’on allie professionnalisme en termes de gestion, formation et rigueur. » Ce ne sont pas des nouveaux arrivants dans la profession, mais bien un nombre croissant d’agriculteurs déjà installés qui font le choix du mode de production biologique, plus contraignant (pas de pesticides, pas d’engrais chimiques…). La reconversion est soutenue par la Région, mais n’est effective qu’au bout de deux années de transition au terme desquelles le label bio peut être octroyé.

Lire la suite.

Articles portant sur des thèmes similaires :