S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

La future station d’épuration de Sart-Dames-Avelines

Par Cadev • Dossiers • Vendredi 01/02/2013 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Le gros œuvre avance à grands pas et pourrait être terminé pour mars 2013. Ensuite il faudra encore prévoir l’installation des parties électromécaniques. Le chantier a été confié à une association d’entrepreneurs sous la supervision de l’IBW qui gère déjà 35 stations représentant 500.000 équivalents-habitants. La mise en service est prévue fin 2013.

Deux collecteurs distincts amèneront les eaux usées de Sart-Dames-Avelines. Celles des autres villages de l’entité seront traitées par la station de Villers. Les canalisations se trouvant à un niveau plus bas que la station, la première étape sera de « relever » les eaux. Un bassin d’orage, d’un diamètre de 10 m, a aussi été prévu afin d’éviter une trop grande dilution des eaux usées et un mauvais fonctionnement de la station.



La première étape d’épuration des eaux démarre avec un prétraitement enlevant les gros déchets et les huiles. Ensuite les eaux subissent 2 étapes d’épuration : tout d’abord elles passent dans un premier bassin en forme d’anneau contenant des bactéries qui nettoient les eaux en se nourrissant des pollutions, puis dans un clarificateur où les eaux décantent. Les installations sont principalement souterraines et ne dépassent le niveau du sol que de 1,20 m. Les 2/3 de la surface de la station seront des espaces verts et les voiries en dolomie ou en pavés permettront aux eaux pluviales de pénétrer dans le sol.

La qualité des eaux sera contrôlée en continu. Après épuration, les eaux du clarificateur seront rejetées dans le ruisseau où elles rejoindront le trop plein du bassin d’orage. Fin de cette année, les ruisseaux de l’entité seront enfin propres. Un grand progrès pour la vitalité de nos cours d’eau !

Articles portant sur des thèmes similaires :