S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Agenda


La disparition des abeilles et nous

Par Cadev • Dossiers • Samedi 06/02/2016 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

On entend de plus en plus parler de la disparition des abeilles. Depuis une trentaine d'années, le nombre d'abeilles diminue. Ce phénomène s'est intensifié depuis les années 90. Aujourd'hui, des ruchers entiers peuvent être décimés en très peu de temps. Le travail des apiculteurs est de plus en plus complexe mais toujours aussi important.

Le plus grand apport des abeilles est le travail de pollinisation qu’elles effectuent en butinant de fleur en fleur. Sans elles, moins de fleurs, moins de plantes, moins de fruits, bref moins de végétaux. Or, les végétaux sont à la base de toutes chaines alimentaires. C'est donc toute la vie animale et l'homme qui pâtiraient de cette disparition.

Selon les dernières hypothèses, le phénomène serait dû à la conjonction de plusieurs facteurs. Premièrement, l’utilisation de pesticides de plus en plus actifs. Ceux-ci  dégradent le système nerveux de l’abeille qui ne sait plus retrouver le chemin de sa ruche et finit par mourir. Il y a ensuite le développement de plus en plus important de grandes parcelles en monoculture. Ce phénomène induit  un manque de diversification de la nourriture des abeilles et les affaiblit. Enfin, on remarque depuis les années 90  la présence du varroa, un petit acarien qui affaiblit l'abeille en suçant son sang. Affaiblies, elles résistent moins aux maladies et meurent plus vite.  Depuis peu, les abeilles font face à un nouveau prédateur : le frelon asiatique contre lequel elles ne sont pas capables de se défendre et qui peut décimer toute une colonie d'abeilles en très peu de temps.

Si les abeilles venaient à disparaître, ce serait une catastrophe pour nous. En effet, un tiers de notre alimentation dépend du travail de ces insectes. C'est pourquoi il est important de les préserver. Chacun peut à son niveau contribuer au maintien des abeilles en bonne santé. Pour cela, quelques gestes simples suffisent:

  • Proscrire l’utilisation de pesticides dans vos jardins et y travailler de manière naturelle
  • Diversifier les végétaux que vous cultivez: planter une plus grande variété de fleurs, de haies ou d’arbres
  • Rendre votre jardin accueillant pour les abeilles sauvages en y installant des abris. Installez par exemple un ensemble de tubes (p.ex. en bambou) d'environ 10 cm suspendu à un arbre ou un mur
  • Soutenir les petits apiculteurs locaux en consommant leur production
  • Si vous apercevez un frelon asiatique, n'hésitez pas à le signaler à la commune

Ces mesures peuvent paraître dérisoires en face du problème que représente la disparition des abeilles mais l’addition de petites actions individuelles peuvent mener à un grand résultat.

Articles portant sur des thèmes similaires :