S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

La deuxième vie de nos déchets

Par Cadev • Dossiers • Samedi 06/02/2016 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

On entend souvent dire que le Belge est le champion en matière de tri de ses déchets. Il est vrai que nous sommes nombreux à nous rendre au parc à conteneurs de Tilly pour nous débarrasser de nos déchets de toutes natures, recyclables, trop lourds ou encombrants. La démarche est économique (on évite les sacs poubelles) mais surtout écologique puisque la plupart des produits peuvent être réutilisés après traitement.

Ainsi le verre, après avoir été trié, nettoyé et concassé est refondu pour être à nouveau transformé en de nouveaux flacons, bouteilles ou bocaux.

Le bois est transformé en agglomérés ou en contre-plaqués ou utilisé comme combustible. Les papiers et cartons peuvent être transformés en nouveaux produits de même nature après une série d’étapes de tri et de désencrage principalement. Cela permet d’économiser de grandes quantités de bois, d’eau et d’énergie.

Les déchets verts sont envoyés vers les centres de compostage de l’IBW à Virginal ou Basse-Wavre pour être valorisés en compost qui servira d’engrais pour les terres de culture.

Les déchets d’équipements électriques et électroniques sont démantelés pour en retirer d’abord les batteries, câbles, lampes et autres éléments nocifs comme les gaz réfrigérants ou le plomb. Ils sont ensuite broyés pour séparer les différentes matières. Selon leur nature, ils sont recyclés dans des filières de verre, de la métallurgie ou des usines de plastique. Le reste est incinéré et valorisé comme combustible de substitution.

Les huiles, les graisses alimentaires et les huiles de moteur peuvent connaitre différentes destinations : transformation en biodiesel, réutilisation dans la fabrication de savons industriels, de cosmétiques ou de plastique.

Les vieux pneus peuvent être rechapés ou réduits en granulats destinés à des revêtements de terrains sportifs, des matériaux d’isolation, etc. Au pire, ils sont incinérés et servent de combustible de substitution.

Les piles sont parmi les produits les plus dangereux pour l’environnement car composées de métaux lourds et difficiles à recycler. Il faut les trier selon leurs composants pour récupérer et séparer le mercure, nickel, cadmium, plomb, zinc, … au moyen de traitements complexes. Les autres composants comme le plastique sont incinérés ou mis en décharge (impuretés, carbone).

Les bouchons de liège peuvent être transformés en matériaux d’isolation, les plâtres peuvent depuis peu suivre une filière de recyclage permettant la fabrication de nouveaux produits en plâtre.

Les PMC prennent la direction d’un centre de tri pour être compressés en ballots. Recyclés, ils deviennent de nouvelles bouteilles ou objets en plastique ou sont transformés en fibre textile (rembourrage de manteaux, matelas, sacs de couchage, tapis, vêtements en polaire,…). Les boites de conserve retrouvent une nouvelle vie sous forme de canettes, bidons, barquettes, couvercles, etc. Des tétrapacks, on sépare d’abord le carton, l’aluminium et le plastique pour recycler le papier et le métal.

Même s’il est possible de réutiliser et de valoriser de nombreux déchets, l’attitude citoyenne consiste d’abord à les éviter et à acheter intelligent, en vrac ou en refusant les emballages superflus (les sacs plastiques par exemple), à éviter la surconsommation et le gaspillage, à faire l’effort de trier ses déchets plutôt que de les jeter systématiquement dans les sacs poubelles.

Avec toutes ces possibilités offertes, il est inacceptable de retrouver des dépôts sauvages alors que des solutions sont mises à disposition dans les parcs à conteneurs. Comment ne pas être révolté quand on découvre des déchets ordinaires de types canettes, sachets de frites ou encore paquets de cigarettes le long des routes ou encore à quelques mètres seulement de poubelles publiques ? Question de manque d’éducation et de sensibilisation bien sûr mais qui empoisonne la vie de la très grande majorité des citoyens dont vous faites certainement partie et dont nous ne doutons pas du sens civique.

Articles portant sur des thèmes similaires :