S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Du côté de 5N Plus

Par Cadev • Dossiers • Samedi 06/09/2014 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Comme chaque année, le Cadev a rendu visite à l’entreprise 5N Plus (ex Sidech). Nous avons été reçus par le Vice-Président du siège central à Montréal, ainsi que par le nouveau directeur, Ph. Lebordais et le responsable Qualité.

Le « souci d’excellence » est le leitmotiv de la nouvelle direction: dans le fonctionnement, la qualité, la rentabilité, la sécurité, la santé et l’environnement.

Le bismuth qui est l’objet principal de la production de 5N Plus  est extrait à partir du plomb dont il est  l’un des composants. Jusqu’à présent, après extraction du bismuth, le plomb était considéré comme un déchet. Récemment, l’entreprise lui a trouvé un nouveau débouché permettant de le valoriser également.
Le projet d’unité de production de sélénite de soude qui avait fait l’objet d’une enquête publique d’extension de l’entreprise est abandonné. Il sera produit dans une autre usine en Asie, où la demande est très forte. La production à Tilly va se recentrer sur ses produits-phares pour l’augmenter encore.

Le passé a prouvé que, lorsqu’un dysfonctionnement survient (bruit, fumée...), le dialogue direct est payant dès qu’un maximum de détails est transmis au plus vite (description, heures de début/fin, etc...), autant de précieux renseignements qui permettent à l’entreprise d’identifier plus facilement l’origine de la nuisance et d’y pallier rapidement.

L’arrière du site recèle une zone humide remarquable, une roselière. Le Cadev a pu le vérifier lors de la journée de lutte contre les plantes invasives de l’année dernière. Puisse la nouvelle direction de 5N Plus offrir à la biodiversité locale le bénéfice de ce trésor naturel. Nous appuierons dans ce sens.

Le Plan d’Urgence voit le jour

Les plans d’urgence et d’intervention en cas de catastrophe de la société 5N Plus classée grand Seveso étaient attendus depuis longtemps. La Commune avait organisé, en mai 2013, une séance d’information avec la présence des intervenants : Province, protection civile, police, pompiers et direction de l’entreprise.

Plus récemment, en avril 2014, le Plan Général d’Urgence et d’Intervention (PGUI) a enfin été approuvé par le Conseil communal puis par la Province. Toutefois le contenu de ce plan, qui détermine les organisations et les actions à mettre en place, est encore relativement général. Il ne cible pas une entreprise en particulier, mais passe en revue d’autres catastrophes potentielles comme par exemple les chutes d’avion, les déraillements de train, les inondations, les épidémies, les accidents nucléaires, etc. Des fiches de risques ont été établies, entre autres, pour les sociétés Fluxis, Carbodiam, Brichart, les homes mais aussi pour les manifestations sur le site de l’abbaye. Les moyens mis en œuvre concernent notamment les services de secours appelés à intervenir.

Par contre, le Plan Particulier d’Urgence et d’Intervention (PPUI) s’applique spécialement à 5N Plus. Il définit les procédures d’alerte ainsi que les mesures pratiques de protection des travailleurs et de la population riveraine. Ce plan est encore consultable à l’Administration communale jusqu’au 19 septembre. Vos avis et observations en tant que riverains seront transmis à la Province pour être éventuellement intégrés dans le plan définitif qui sera arrêté par le Ministre de l’Intérieur.

Rappelons que les risques principaux de l'usine consistent en une pollution du ruisseau (le Gentissart) par des métaux lourds tels que le plomb, le cadmium ou le nickel, ou encore des émissions de gaz nitreux pouvant irriter les voies respiratoires et les muqueuses.

Articles portant sur des thèmes similaires :