S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Agenda


Découvrez comment fonctionne la nouvelle station d'épuration de Villers-la-Ville (vidéo)

Par Cadev • Dossiers • Dimanche 07/09/2014 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

La staion d'épuration de Villers-la-Ville est enfin devenue opérationnelle après 15 ans d'attente.
Découvrez avec le responsable d'exploitation comment les eaux de l'entité sont épurées.
Un film du CADEV.

Sart-Dames-Avelines

Depuis fin 2013, la station d’épuration est en fonctionnement. Contrairement à celle de Villers, le délai entre la mise à l’étude et la réalisation a été relativement court grâce à l’absence de recours par les riverains. Le terrassement avait débuté mi-2012 et le fonctionnement de l’épuration a démarré en novembre 2013. Il est vrai que, par rapport à Villers, l’implantation était beaucoup plus aisée : pas de permis d’environnement et d’urbanisme mais un permis unique.

A Sart, le fonctionnement est similaire aux autres stations gérées par l’Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) : d’abord un prétraitement afin d’enlever les gros déchets, les sables et les huiles, ensuite l’épuration biologique qui dégrade les polluants et enfin, le clarificateur qui sépare les eaux épurées et les boues résiduelles par décantation. On note aussi la présence d’un bassin d’orage (les stations ne sont pas en mesure de traiter de gros volumes d’eau) dont le trop-plein va dans le ruisseau du Pré des Saules.

La station est entièrement automatisée et supervisée par l’équipe de la station de Rosières. La qualité des eaux est contrôlée en continu.

Les équipements bruyants sont installés dans un local insonorisé et l’intégration du site à l’environnement a été soigné : plantation d’espaces verts et préservation de la zone humide en aval de la station le long du chemin d’accès.

Villers-la-Ville

Bien que fonctionnant depuis janvier 2014, elle n’a été officiellement inaugurée que le 20 juin. Les procédures ont été très fastidieuses (les premières études datent de 1999) suite à la proximité de l'abbaye et le choix de l’ériger au milieu d’un étang. Visiblement un effort a été réalisé pour soigner l’esthétique et que l’ouvrage s’intègre harmonieusement dans l’environnement. Même la sous-station électrique a bénéficié d’une forme et d’un habillage original en acier patinable d’une teinte rouille.

Techniquement, l’épuration fonctionne selon les mêmes principes que celle de Sart, mais avec une capacité trois fois supérieure. Un traitement des boues a été adjoint à l’installation et permettra, après analyse, de les valoriser  dans l’agriculture. La station est alimentée par 15 kilomètres de collecteurs pouvant recueillir  les eaux usées de 8000 habitants. Aucune nuisance, ni olfactive, ni sonore n’a été constatée. Le jour où tout le monde sera raccordé, une rivière propre traversera  l’abbaye et la zone forestière Natura 2000.

Articles portant sur des thèmes similaires :