S'identifier - S'inscrire - Contact

Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Conférence "Pesticides et Santé" mars 2011

Par Cadev • Activités • Mercredi 23/03/2011 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés : ,

Dans le cadre de la semaine sans pesticides, Les jardins partagés et le Cadev organisaient ce mercredi 23 mars une conférence sur les impacts néfastes des pesticides sur la santé.
L'orateur du jour était Lionel Delvaux de Inter Environnement Wallonie.
































Pour ceux qui ont raté l'évènement, voici un résumé de l'exposé:

Que sont les pesticides ?

Les pesticides sont des « substances, préparations, micro-organismes et virus destinés à assurer la destruction ou à prévenir l’action des animaux, végétaux, micro-organismes ou virus nuisibles ». Il s'agit donc de produits conçus pour détruire des organismes vivants considérés par l'homme comme indésirables ou nuisibles.

 

Il existe deux grandes catégories de pesticides :

  • Les pesticides à usage agricole: grandes cultures, horticulture, arboriculture fruitière, ... Ce sont les produits phytopharmaceutiques, employés pour lutter contre les nuisibles des cultures et les autres pesticides susceptibles d'être utilisés en agriculture.                     

  •  Les biocides, pesticides à usage non agricole: désinfectants, produits de protection (bois), antiparasitaires (rodenticides et molluscides).

Classification :

En fonction de la cible

En fonction du mode d'action

  • Insectes => insecticides

  • Acariens => acaricides

  • Champignons => fongicides

  • Mauvaises herbes => herbicides

  • Rongeurs => rodenticides

  • Vers (nématodes) => nématicides

  • Action de contact : le pesticide tue l'organisme ou en modifie son métabolisme. Le mode d’action de ce produit implique d’en diffuser largement sur les plantes à l’aide de grandes quantité d’eau, ce qui le rend potentiellement encore plus nuisible pour l’environnement.

  • Action systémique : le produit entre dans le système vasculaire et circulatoire de la plante, l'insecte est contaminé lorsqu'il ponctionne la sève de la plante.

 

Propriétés toxiques

Les pesticides présentent des propriétés cancérigènes [1], mutagènes [2], immunotoxiques [3], neurotoxiques [4]. Ils jouent également un rôle dans la diminution de la fertilité en perturbant le système endocrinien. Certains d’entre eux persistent dans l’environnement après leur utilisation et s’accumulent dans les organismes vivants. C’est le phénomène de bioaccumulation. Toutes ces propriétés sont particulièrement préoccupantes pour notre santé et celle de nos enfants.

L’étude « The benefits of strict cut-off criteria on human health in relation to the proposal for a Regulation concerning plant protection products » réalisée à la demande du Parlement européen et publiée en septembre 2008 établit une synthèse des connaissances quant aux effets toxiques des pesticides sur la santé humaine. Plusieurs études publiées récemment mettent en évidence les impacts des pesticides sur notre santé. L’une d’entre elles, par ailleurs, met en évidence une augmentation du risque de développement de la maladie de Parkison de 75 % après une exposition combinée au maneb - un fongicide - et au paraquat - un herbicide.

Des pesticides en quantité inquiétante dans notre corps !

Il existe plusieurs voies d’exposition aux pesticides :

  • par inhalation : lors d’une promenade au bord de champs venant d’être traités, en habitant en lisière des cultures, en les utilisant sous formes d’aérosols, de sprays, de plaquettes, etc. ;

  • par absorption cutanée : lorsque nous les manipulons au jardin ou dans notre habitation ;

  • par ingestion, via notre alimentation : fruits, légumes, vin, etc.

On retrouve des pesticides dans notre sang, notre urine, nos graisses et dans le lait maternel. Et ce, même si nous ne sommes pas amenés à les manipuler régulièrement comme les agriculteurs ou les agents communaux dans le cadre de leur profession. 

Un effet « cocktail »

Les pesticides et autres substances chimiques atteignent rarement seuls notre organisme. L’exposition multiple est malheureusement la règle !

Si l’on considère que l’utilisation combinée de plusieurs pesticides permet d’obtenir un effet plus prononcé, les méthodes actuelles d’évaluation du risque ne tiennent pas compte de ces interactions possibles et de leurs effets sur notre santé. On ne dispose d’ailleurs d’aucune méthode de détermination d’exposition globale à un pesticide au départ de toutes les sources possibles de contamination pour l’homme.

Nous sommes régulièrement exposés à des « cocktails » de pesticides qui peuvent nous réserver de mauvaises surprises. En utilisant plusieurs pesticides, on en combine les molécules, ce qui serait susceptible d’additionner les effets et d’en multiplier le potentiel toxique.

L'étude de Benachour & Seralini (2008)1 illustre bien ce phénomène. Elle a mis en évidence l’amplification de la toxicité du glyphosate, substance active du Round-up, par la présence de certains adjuvants, considérés à tort comme inertes.

Les fœtus, nouveaux-nés et jeunes enfants sont plus sensibles et plus exposés.

Outre le fait qu’ils sont plus sensibles du fait d’un organisme en cours de développement qui n’a pas encore nécessairement l’ensemble des mécanismes de défense et de protection. Ils sont également plus exposés du fait de leurs activités : se déplacer ou marcher à quatre pattes, jouer avec les chiens qui portent un collier anti-puces, mettre divers objets en bouche etc.

Ils sont extrêmement vulnérables à certaines substances chimiques qui peuvent laisser des séquelles irrémédiables à leur organisme en plein développement.

L'étude de Vermeir et al. qui étudiait les impacts de plusieurs substances chimiques sur le développement des enfants et a ainsi mis en évidence des résultats inquiétants : peu après la naissance des enfants, des analyses de sang du cordon ombilical ont été réalisées pour quantifier leur exposition prénatale à différentes substances polluantes. Des questionnaires ont ensuite été complétés régulièrement par les mères afin d’identifier de possibles problèmes émotionnels et comportementaux. Les enfants présentant un taux de pesticides important commencent à marcher plus tard et développent leur langage avec un certain retard. Ils expriment aussi moins vite leurs émotions. Ils sont plus passifs et obtiennent des résultats moindres aux tests de QI.

La législation

Bien qu’il s’agisse de substances chimiques, les pesticides ne sont pas concernés par le règlement REACH. Ils ont leurs propres textes législatifs ; trois textes européens redéfiniront bientôt les règles en ce qui concerne les pesticides :

  • la directive pour l’utilisation durable des pesticides,

  • le règlement concernant la mise sur le marché des pesticides,

  • le règlement concernant les statistiques.

Ces trois documents, dont la négociation s’est achevée au début de ce mois de janvier 2009, ont prêté à discussion et tout particulièrement la directive et le règlement. Ils ont également mis en évidence le large fossé existant entre le Parlement européen, proche des citoyens et plus strict dans ses demandes pour les points concernant la protection de la santé humaine et de l’environnement et le COREPER, organe de représentation des Etats-Membres, qui a bien souvent fait fi des considérations du Parlement pour ne tenir compte que des préoccupations industrielles !

La législation belge découle directement du droit européen et vice versa. Ainsi, la nouvelle directive européenne prévoit la mise en place de Plans d’action nationaux par les pays membre.

L’expérience de la Belgique a servi de base à cette proposition. Le plan de réduction pesticides et biocides (PRPB), plan d’action fédéral à l’heure actuelle, sera donc adapté dans les années à venir pour devenir un plan d’action national, impliquant tant le fédéral que les régions.

Le site du PRPB reprend toutes les informations concernant les actions en cours, ainsi qu’une brochure « biocides et pesticides : pas sans risques » disponible sur simple demande auprès du Service public fédéral.

Par ailleurs, le site fytoweb.be reprend toutes les informations concernant les pesticides à usage agricole autorisés dans notre pays.

Législation régionale

En Région wallonne, l’Arrêté de l’Exécutif Régional Wallon du 27 janvier 1984 (modifié par l’AERW du 24 avril 1986 portant interdiction de l’emploi d’herbicides sur certains lieux publics) autorise le recours aux herbicides uniquement sur :

  • les espaces pavés ou recouverts de graviers ;

  • les allées situées à moins d’un mètre d’une voie de chemin de fer ;

  • les allées de cimetière.

Une seconde disposition concerne la restriction d’usage de certains produits : en effet, le code de l’eau prévoit la possibilité d’appliquer des restrictions d’usage des pesticides en vue de prévenir la contamination des eaux.

Les alternatives

Pour les communes :

  • choix judicieux de l'aménagement,

  • entretien régulier,

  • choix du type de traitement,

  • rigueur lors de l'utilisation des pesticides,

  • rigueur lors des opérations post-traitement.

Pour les particuliers :

  • accepter la nature,

  • anticiper (aménagement),

  • favoriser les essences indigènes,

  • accueillir les prédateurs naturels.

En annexe, des fiches pratiques que vous pouvez retrouver sur le site d’Adalia, une association membre de la Fédération Inter-Environnement Wallonie : http://www.adalia.be/

Pour aller plus loin

Livres

  • André RAPPE, Pesticides et santé, Association pharmaceutique belge, juillet 2002

  • Fabrice NICOLINO et François VEILLERETTE, Pesticides : révélations sur un scandale français chez Fayard ISBN: 978-2-213-62934-6

  • Marie-Monique ROBIN, Le monde selon Monsanto : de la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien, Editions La Découverte, Cahiers libres, 5 mars 2008

  • Rachel CARSON, Le printemps silencieux, Livre de poche, 1968, réédité en 1994 aux États-Unis avec une préface d’Al Gore

  • Rapport analytique sur l'état de l'environnement wallon 2006-2007

  • CHALON C., LEROY D., THOME J-P., GOFFART A., Les micropolluants dans les eaux de surface en Région wallonne. Dossier scientifique réalisé dans le cadre de l'élaboration du Rapport analytique 2006-2007 sur l'état de l'environnement wallon, AQUAPOLE-ULg Liège, 2006

  • MAROT J., Guide de bonnes pratiques de désherbage. Espaces verts et voiries, Comité régional PHYTO, Louvain-la-Neuve, 2006

Liens

  • www.adalia.be

  • www.biodivercites.be

  • www.eco-conso.be

  • www.ecosem.be

  • www.espace-environnement.be

  • www.health.fgov.be

  • www.iewonline.be

  • www.pesticides.be

  • www.sante-environnement.be

Glossaire

[1] Cancérigène : capable de provoquer une tumeur maligne

[2] Mutagène : capable de provoquer des mutations

[3] Immunotoxique : qui perturbent le fonctionnement du système immunitaire ; celui-ci protège l’organisme des infections et agressions diverses.

[4] Neurotoxique : toxiques pour le système nerveux

1 « Glyphosate Formulations Induce Apoptosis and Necrosis in Human Umbilical, Embryonic, and Placental Cells », Nora Benachour et Gilles-Eric Seralini, Chemical Research in Toxicology (publié en ligne le 23 décembre 2008)



Articles portant sur des thèmes similaires :