S'identifier - S'inscrire - Contact

Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Conférence « Bilan du sommet mondial de Nagoya sur la Biodiversité » mars 2011

Par Cadev • Activités • Lundi 14/03/2011 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Ce 14 mars 2011, Han de Koeijer, scientifique à l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, membre de la commission belge dépêchée au Japon, nous a parlé du Sommet de la Biodiversité, sommet issu, avec d’autres, de la Conférence de Rio.

Le contexte :

2010 : Année Mondiale de la Biodiversité. Malgré cela, ces ressources vivantes, cet équilibre de nos écosystèmes dont dépendent notre existence sur cette terre sont bien mis à mal !

Sont concernés autant la mer que les plaines, les montagnes que les rivières...

« Nagoya » devait donc dégager un plan stratégique 2011 - 2020 pour préserver la biodiversité dans le contexte que l’on connaît : cette extinction accélérée de nombreuses expèces vivantes malgré un plan stratégique 2002 – 2011 peu suivi, donc sans effet. Il fallait aussi se donner des perspectives à long terme : 2050.

Résumer le résumé auquel notre conférencier s’est livré est une gageure à laquelle nous ne nous livrerons pas, nous reviendrons simplement sur les répercussions locales de ces enjeux mondiaux.

(Pour les 47 décisions entérinées à Nagoya, on pourra trouver les documents officiels ici : http://www.cbd.int/cop10/doc/ )

A l’échelle de notre commune, donc, nous avons reconnu des enjeux chers au CADEV :

  • Production et consommation durable, utilisation des ressources naturelles dans des limites écologiques sûres.

  • Vigilence contre la pollution chimique (excès de fertilisants, de pesticides, etc)

  • Lutte contre les espèces exotiques envahissantes

  • Conservation d’aires refuges (réserves) et maillage écologique.

  • Restauration des écosystèmes essentiels comme les zônes humides voies d’eau.

  • Préservation d’un maillage écologique.

  • Partage de l’information.

 

En Wallonie, nous ne comptons que 2% du territoire actuellement protégé (8 sites), il faut arriver à 17% pour atteindre les objectifs fixés à Nagoya. Or une décision de 2005 non encore appliquée permettrait de couvrir 13% du territoire wallon avec 240 sites. Il est donc grand temps de préserver, notamment, les sites dits de « grand intérêt biologique ». A Villers la Ville, les anciennes sablières sont particulièrement concernées. (cf le site officiel : http://biodiversite.wallonie.be ).

Sites de Grand Intérêt biologique à Villers:
- SGIB 658 Ancienne sablière de Marbais, 2.85 ha
- SGIB 662 Sablière de l'Epine (Sud) 7.07 ha
- SGIB 660 Sablière de Strichon, 18.43 ha
- SGIB 649 Sablière de Rigenée (Sud) 4.09 ha
- SGIB 659 Sablière de l'Epine (Nord) 18.93 ha
- SGIB 661 Sablière de Gentissart, 41.54 ha

En outre, la vallée de la Thyle doit aussi faire l’objet d’une attention particulière en tant que site Natura 2000 dont l’arrêté de désignation n’a pas encore été signé.
Signalons aussi de multiples espèces d’oiseaux remarquables – nicheurs ou migrants – observés sur la commune, des plantes, des insectes, des chauves souris...

On pourrait aussi espérer voir la commune de Villers-la-Ville participer aux PCDN : (Plan Communal de Développement de la Nature) un programme d'action qui sert à maintenir, développer et restaurer la biodiversité au niveau communal en impliquant tous les acteurs locaux. Voir la page : http://biodiversite.wallonie.be/fr/introduction.html?IDD=1710&IDC=3158 et en particulier le document : http://biodiversite.wallonie.be/servlet/Repository/brochures-projets-2010.pdf?ID=13970&saveFile=true


Merci à Han de Koeijer pour son exposé qui fait le point sur des notions essentielles.

Nous ajouterons que différentes initiatives privées ou individuelles apportent leur petite pierre à ce vaste projet, ici, dans notre commune. Han a parlé du CADEV et du CRIE, nous pourrions rajouter la Commission Chemins et Sentiers pour leur réhabilitation des voies lentes et avec lesquels nous participons à la lutte contre les Invasives, les Jardins Partagés qui promeuvent les potagers individuels et organisent des conférences, un réseau de distribution de paniers bio, de façon plus indirecte, mentionnons un réseau SEL (« Service d’Échange Local), Pousse-Pouce un service d’organisation de co-voiturage et, en outre, chacun peut individuellement, s’engager à adopter des habitudes positives proposées ici : http://www.jedonnevieamaplanete.be
 

Articles portant sur des thèmes similaires :