S'identifier - S'inscrire - Contact

Les dossiers suivis par le CADEV

 

 

 

Sous nos différents dossiers, retrouvez les grands sujets d'intérêt dans l'entité de Villers-la-Ville.
Les sujets principaux se subdivisent en sous-rubriques. Celles-ci s'enrichissent régulièrement avec l'actualité.
En vous inscrivant sur le site, vous avez également l'occasion de partager votre opinion en déposant un commentaire en face de chaque rubrique ou article.
Découvrez les différents dossiers en cliquant sur le +

 

 

 

 

 

 

 


Réalisation

Ce site a été réalisé gracieusement par l'Observatoire indépendant de l'environnement en Brabant wallon (Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL) dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'information environnementale. Trop de Bruit en Brabant wallon ASBL ne peut être reconnue comme responsable du contenu éditorial de ce site.

Agenda


Bientôt un Proxibus à Villers ?

Par Cadev • Dossiers • Vendredi 15/09/2017 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés :

Plus d’un millier de Villersois ont signé notre pétition demandant de relier les villages entre eux et mettre en contact le réseau des bus à celui du train. L’entité est coupée en deux au niveau de ses transports en commun : Sart et Marbais ont le bus, Villers et Tilly le train, Mellery et Marbisoux bénéficient de quelques bus à fréquences insuffisantes.

La pétition avait aussi révélé l’intérêt marqué des habitants pour établir une ligne jusque Louvain-la-Neuve qui est le pôle attractif de la région. Une première réunion avec les TEC avait douché l’espoir de cette ligne jugée trop coûteuse à mettre en place. Un aller simple prendrait 45 minutes, ce qui signifie une fréquence de bus toutes les heures et demi, beaucoup trop faible, à moins de mettre plusieurs bus en service, ce qui est impayable.

La solution préconisée par les TEC est le Proxibus, un bus pour tourner dans l’entité. Avec cette formule, les frais sont partagés : les TEC mettent un bus à disposition gratuitement de la Commune et prennent en charge l’assurance et les gros entretiens, la Commune fournit les chauffeurs et paie le carburant et les petits entretiens. Coût estimé pour la Commune : 70.000 € par an pendant trois ans, la durée de la convention entre les parties. Le budget 2017 étant voté depuis le début de l’année, c’est en 2018 au plus tôt qu’on pourrait voir le projet se concrétiser.

Une réunion au printemps entre les parties, TEC, Commune et CADEV, a permis d’identifier les gares comme destinations prioritaires à desservir. Pour la Commune, l’important était de savoir combien de personnes sont réellement intéressées par le nouveau service. Les TEC voulaient surtout identifier où habitent les usagers potentiels pour définir les parcours.

Pour répondre aux questions des uns et des autres, le CADEV a procédé à une nouvelle enquête fin mai auprès des navetteurs sur les quais de Villers et de Tilly.

Sur les trois trains vers Ottignies entre 7h00 et 8h30, 86 personnes avaient rejoint la gare en voiture. Parmi celles-ci, 58 personnes (67 %), se sont déclarées intéressées par la possibilité de rejoindre la gare en bus. La majorité de celles qui souhaitent rejoindre les quais de Villers en bus habitent Sart-Dames-Avelines; pour Tilly, la majorité des personnes intéressées habitent Marbais.

Nous avons aussi noté le nombre non négligeable d'habitants de Mellery qui souhaitent rejoindre l'une des deux gares, ainsi que nombre d'habitants de Villers qui sont suffisamment éloignés de la gare pour avoir besoin de prendre la voiture le matin. Voilà pour les chiffres qui concernent les usagers actuels.

Mais c'est aussi l'offre qui crée la demande. Ainsi, si on fait un parallèle avec la mise à disposition du centre sportif, il est certain qu'une enquête préalable n'aurait pas recensé autant de sportifs potentiels que d'utilisateurs actuels. C'est la mise en place d'une structure qui incite la population à faire usage de ce qui est proposé. Il en va de même pour les usagers du train. S'il est possible de se passer totalement de la voiture pour adopter les transports en commun, le nombre de personnes intéressées dépassera largement le nombre de personnes qui ont déjà été identifiées.

Rappelons que 1014 personnes avaient signé la pétition de départ. Même en considérant que 5% seulement passeront de la parole aux actes (estimation prudente des TEC par rapport aux sondages), c'est un minimum de 50 personnes qui emprunteraient le Proxibus chaque matin. Ce nombre se confondant sans doute partiellement à ceux qui ont répondu à l'enquête complémentaire, on peut donc raisonnablement estimer entre 50 et 100 usagers le nombre de personnes réellement intéressées à rejoindre la gare en Proxibus.

A présent il est urgent que la Commune confirme son intérêt pour un Proxibus car le renouvellement de la flotte de bus des TEC est à l’étude et les investissements doivent se décider à l’automne.

Articles portant sur des thèmes similaires :